Dossiers
à la une

À surveiller

Le projet États généraux du mouvement communautaire autonome arrive à grands pas. N'hésitez à visitez notre nouvelle section "États généraux'' afin de restez à l'affût des plus récentes informations sur le sujet. Des documents y seront déposés et des mises à jour seront apportées régulièrement!  

- États généraux -

Nouvelles

← Voir précédents

Mardi, le 19 novembre 2013, 11h

Assurance autonomie: La CTROC dépose un mémoire sur ses préoccupations pour les organismes communautaires

Communiqué de presse – Mémoire assurance autonomie

 

Québec, 14 novembre 2013 – Dans le cadre des consultations parlementaires sur la création d’une assurance autonomie par le gouvernement du Québec, la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires (CTROC) a déposé un mémoire à ce sujet. Celui-ci fait état des impacts de l’implantation d’une telle assurance publique sur les organismes communautaires oeuvrant, entre autres, en soutien à domicile.

 
Dans ce document intitulé «Assurer l’autonomie des personnes, désassurer celle des organismes communautaires. Quand le remplacement des responsabilités de l’État rime avec tarification et désengagement.», la CTROC se questionne à savoir si la proposition gouvernementale est adaptée à la réalité actuelle des organisations du réseau de la santé et des services sociaux. Il en va de même pour les organismes communautaires susceptibles de contribuer à offrir des services et soins à domicile auxquels le ministre de la Santé et des Services sociaux, M. Réjean Hébert, fait allusion dans son projet.
«Dans le contexte actuel où les établissements de santé ne répondent qu’à 15% des besoins des personnes en perte d’autonomie à domicile, le recours à l’économie sociale, aux organismes communautaires et aux entreprises privées comme substituts nous pose problème sur plusieurs plans», affirme Sébastien Rivard, co-porte-parole de la CTROC.

 
Un moratoire demandé
Dans son mémoire, la Coalition déplore l’absence d’évaluations préalables sur les possibles impacts d’une telle assurance sur les organismes communautaires en santé et services sociaux, sur les besoins de ressources professionnelles et sur la disparité entre les régions concernant l’accès aux services. À cet effet, elle demande au gouvernement de «décréter un moratoire sur l’ensemble du processus entourant la proposition d’assurance autonomie, le temps d’évaluer l’état des lieux quant à l’organisation des services et soins à domicile et de faire une évaluation d’impacts des précédentes réformes».

 

Un aspect économique à évaluer
La Coalition émet aussi plusieurs craintes face au financement et aux tarifications liés à la mise en place d’une assurance autonomie. «La CTROC se positionne contre la possibilité pour les personnes en perte d’autonomie ou ayant des incapacités de contribuer financièrement pour les soins et services auxquels elles ont droit et qui sont du ressort de la santé et des services sociaux». Les aspects de tarifications des services publics, le maintien de la gratuité des soins de santé et son universalité font partie des préoccupations émises dans le mémoire et font acte de recommandations adressées au ministre.

 
Dans son mémoire, la CTROC propose un total de 10 recommandations dans le cadre du projet d’assurance du ministre de la Santé et des Services sociaux. Celui-ci est disponible sur le site Internet : www.ctroc.org/wp-content/uploads/2013/11/memoire-de-la-ctroc-assurance-autonomie.pdf

 

Jeudi, le 31 octobre 2013, 09h

Un gain important de 120 millions de dollars pour les organismes communautaires en santé et services sociaux

QUÉBEC, le 30 oct. 2013 /CNW Telbec/ – La première ministre Pauline Marois vient d’annoncer l’ajout de 120 millions de dollars, répartis sur trois ans, au Programme de soutien aux organismes communautaires du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Cette augmentation constitue une importante étape pour la campagne Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire puisqu’elle s’appliquera au financement à la mission globale de 3000 organismes communautaires et bénéficiera à près de 2 millions de personnes. La première ministre a fait cette annonce lors d’une conférence de presse portant sur la solidarité.

Ce gain résulte de l’imposante mobilisation de la campagne Je tiens à ma communauté – Je soutiens le communautaire, menée depuis maintenant un an. «  Nous voyons ce montant comme étant une étape significative menant à l’atteinte de notre revendication, qui est de combler un manque à gagner annuel de 225 millions de dollars. Nous saluons l’effort du gouvernement et nous nous engageons à poursuivre les travaux avec la ministre déléguée aux Services sociaux et à la protection de la jeunesse, madame Véronique Hivon, afin de répondre aux besoins de tous les groupes sous-financés, dans une véritable démarche d’équité » a déclaré Rémi Fraser, co-porte-parole de la campagne.

La moitié des 3000 groupes financés par le PSOC reçoivent moins de 85,000$ par an du MSSS pour leur mission globale; cela ne suffit pas pour accueillir des gens, les supporter, pour travailler avec eux. Une première somme de 40 millions de dollars sera attribuée à compter d’avril 2014. Elle permettra de faire une partie du chemin vers l’atteinte des seuils planchers revendiqués par les organismes communautaires.

Le 24 octobre dernier, près de 5000 personnes de toutes les régions du Québec se sont rassemblées devant l’Assemblée nationale pour réclamer un meilleur financement à la mission globale des organismes communautaires autonomes œuvrant en santé et services sociaux ainsi que dans tous les secteurs d’activités. « Ce rassemblement était une démonstration de solidarité de la population envers le mouvement de l’action communautaire autonome. Nous regrettons que le gouvernement n’ait pas profité des annonces d’aujourd’hui pour corriger une fois pour toutes le sous-financement chronique de tous les organismes communautaires autonomes et qu’il n’ait pas non plus proposé de mesures suffisantes pour réduire de façon significative la pauvreté et l’exclusion sociale » a souligné Vicky Brazeau, co-porte-parole de la campagne.

La campagne « Je tiens à ma communauté > je soutiens le communautaire » est une initiative de la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires et de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles, lesquels regroupement respectivement 14 tables régionales et 39 regroupements provinciaux. La campagne mobilise, depuis maintenant un an, les 3000 organismes communautaires autonomes œuvrant en santé et services sociaux. Par le biais de pétitions à l’Assemblée nationale, de rencontres politiques, d’activités de sensibilisation ou d’autres actions régionales et thématiques, ces organismes veulent convaincre le gouvernement de combler le manque à gagner de ces groupes estimé à 225 millions de dollars par année, et de mettre en place un véritable programme national de financement dédié à la mission.

Pour plus d’information : www.jesoutienslecommunautaire.org

SOURCE Coalition des tables régionales d’organismes communautaires (CTROC)

Renseignements : 

Source: Mercédez Roberge, 514-690-7826

Vendredi, le 27 septembre 2013, 13h

Lancement des États généraux du mouvement communautaire autonome: Des milliers d’organismes invités à réfléchir à leur avenir.

Communiqué de presse

Québec, 27 septembre – Le 24 septembre dernier avait lieu à Québec le lancement officiel d’un projet de grande envergure: les États généraux du mouvement communautaire autonome. Initiée par la Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC), cette démarche, qui vise l’ensemble des organismes œuvrant avec la population québécoise, se fera sur une période de près d’un an. Cette réflexion collective permettra de tracer un portrait global et des pistes d’avenir pour l’action communautaire autonome (ACA) du Québec.

 

«Après 50 ans d’existence, le milieu communautaire est mûr pour un bilan. Avec les besoins qui augmentent, les coupes successives dans les services publics et un financement qui plafonne, nous en sommes à un carrefour important de notre épanouissement. Nous souhaitons réfléchir ensemble aux enjeux qui concernent notre mouvement et, ainsi, prendre des décisions collectives pour l’avenir.», souligne Patricia Chartier, coordonnatrice de la CTROC.

 

Un lancement prometteur pour le milieu communautaire

À Québec, le lancement de cette démarche consultative à laquelle une quarantaine de personnes ont participé s’est révélé très prometteur pour les représentants et représentantes d’organismes communautaires présents à l’événement.

 

Sur place tous et toutes étaient d’accord pour dire que le mouvement communautaire était mûr pour ce type de questionnement et que ce projet représenterait une étape marquante pour l’ensemble des organismes de la province.

 

«Il est indéniable que ce projet participatif permettra à nos jeunes de mieux comprendre les principes de l’action communautaire autonome. De plus, il donnera l’occasion à nos membres d’échanger et de débattre sur l’avenir de ce mouvement qui soutient des millions de Québécois et de Québécoises.», a témoigné M. Jean-François Bougie, coordonnateur de la Maison des jeunes l’Escapade de Val-Bélair lors du lancement.

 

Un cheminement en étapes

La démarche des États généraux se traduira en trois différentes étapes. Dès cet automne, le tout commencera par une réflexion dans les organismes à partir d’un cahier d’animation qui leur sera acheminé. Par la suite, au printemps 2014, des rencontres auront lieu régionalement entre les différents organismes et le tout culminera par une grande rencontre provinciale qui se tiendra à l’automne 2014.

 

À propos de la CTROC

La Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC) réunit 15 regroupements régionaux qui rejoignent des milliers d’organismes communautaires œuvrant principalement dans le secteur de la santé et des services sociaux, mais aussi en défense de droits, pour le logement social, en environnement, etc.

 

-30-

 Lancement États généraux -1Lancement États généraux -2

Mardi, le 17 septembre 2013, 13h

Lancement du projet États généraux du mouvement communautaire autonome

La Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires a le plaisir d’inviter les représentants et représentantes des médias au lancement officiel du projet États Généraux du mouvement communautaire autonome, une démarche de consultation participative portant sur la réalité et l’avenir du mouvement communautaire au Québec, un mouvement social essentiel au mieux-être de millions de Québécois-e-s, mais aussi à l’innovation et au développement social.

 

Sous le titre À l a c r o i s é e d e s c h e m i n s : Quel avenir pour les organismes communautaires autonomes?, l’événement portera un regard sur l’histoire et la réalité actuelle du mouvement communautaire et il permettra de dégager des propositions d’actions.  Le projet d’États généraux se déroulera en trois étapes : une première réflexion au sein des organismes communautaires, des discussions collectives en rencontres régionales et finalement une rencontre nationale qui se tiendra à l’automne 2014 et qui proposera des visées communes pour l’avenir du mouvement.

 

Le lancement du projet aura lieu à Québec le mardi 24 septembre 2013 à 13 heures.  À cette occasion, plusieurs organismes communautaires se réuniront afin de présenter le projet et de témoigner de son importance. Les organismes communautaires de tous les secteurs d’activités sont conviés à participer à ce projet initié par la CTROC.

 

 

Date : 24 septembre 2013

Heure : 13 heures

Lieu : Québec,

Parc Victoria, rue Cardinal Maurice-Roy (stationnement près du stade)

Déroulement

Ouverture de la conférence de presse

Présentation du projet et témoignages

Période de questions des journalistes

Période de questions du public

 

À propos de la CTROC

La Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC) réunit 15 regroupements régionaux d’organismes communautaires, qui rejoignent des milliers d’organismes communautaires œuvrant surtout dans le secteur de la santé et des services sociaux, mais aussi en défense de droits, pour le logement social, en environnement, etc.

 

Renseignements :

À Québec :   Julie Bellavance
Regroupement des organismes communautaires de la région 03
418-524-7111 poste 104   \   email hidden; JavaScript is required

Ou :   www.ctroc.org  \ email hidden; JavaScript is required

Mercredi, le 15 mai 2013, 11h

États généraux: c’est parti!

Le projet États généraux du mouvement communautaire autonome, organisé par la CTROC, propose une démarche consultative qui culminera par une grande rencontre nationale à l’automne 2014.  Cette démarche a pour objectifs de dresser un portrait de la réalité actuelle du milieu communautaire, mais aussi d’adopter des propositions d’avenir pour ce mouvement social très diversifié.

Plus d’informations dans notre section www.ctroc.org\etatsgeneraux

 

Mercredi, le 15 mai 2013, 10h

L’ASSEMBLÉE NATIONALE ADOPTE À L’UNANIMITÉ UNE MOTION EN FAVEUR DES DEMANDES DES 3000 ORGANISMES COMMUNAUTAIRES AUTONOMES EN SANTÉ ET SERVICE SOCIAUX

Québec, le 14 mai 2013. L’Assemblée nationale vient d’adopter à l’unanimité une motion demandant au gouvernement de rehausser le financement des organismes d’action communautaire autonome en santé et services sociaux. Cette motion s’inscrit à l’intérieur de la campagne Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire, laquelle est portée par 3000 organismes réclamant un rehaussement de leur soutien financier à la mission et un véritable programme national afin de pouvoir contribuer pleinement au développement social et économique du Québec.

La motion a été déposée par monsieur Amir Khadir, député de Mercier pour Québec solidaire, conjointement avec la ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse, madame Véronique Hivon, ainsi qu’avec mesdames Stéphanie Vallée, députée libérale de Gatineau et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux et Sylvie Roy, députée caquiste d’Arthabaska et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de services sociaux.

« La contribution des organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux est essentielle et toutes les formations politiques le savent. Les groupes communautaires apprécient cette reconnaissance de l’Assemblée nationale » de dire Rémi Fraser, porte-parole de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles (Table).

« Nous croyons que cette unanimité permettra au gouvernement de répondre rapidement aux revendications de notre campagne. » d’ajouter Vicky Brazeau, porte-parole de la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires (CTROC).

Soulignons également que depuis février, près de 35 membres de l’Assemblée nationale ont déposé un total de plus de 30 000 signatures à la pétition Je tiens à ma communauté > je soutiens le communautaire, notamment les députés ayant aujourd’hui présenté la motion. Et ce n’est pas terminé; les pétitions continuent d’être signées partout et les dépôts se poursuivront dans les prochaines semaines.

La campagne Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire vise à convaincre le gouvernement de combler le manque à gagner des 3000 organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux, estimé à 225 millions de dollars par année, et de mettre en place un véritable programme national dédié au soutien financier de la mission de ces organismes. Les interventions d’aujourd’hui prouvent la détermination de ces groupes.

Mardi, le 19 février 2013, 14h

Les organismes communautaires des Laurentides, un investissement qui profite à tout le monde!

Le Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL) a procédé au lancement du document Les organismes communautaires des Laurentides, un investissement qui profite à tout le monde! devant une centaine de personnes le 18 février à l’Hôtel de région, Saint-Jérôme. Voici un communiqué suite à cet événement, une première pour le ROCL.

 

Pour diffusion immédiate

 

Un investissement qui profite à tout le monde!

 

Saint-Jérôme, le 18 février 2013.

Saviez-vous que les 133 organismes communautaires en santé et services sociaux des Laurentides fonctionnent un an avec le budget qu’il faut à Montréal pour ramasser deux tempêtes de neige, soit environ 35 M$ ? Voilà une comparaison que le Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL) a utilisée lors du lancement du document Les organismes communautaires des Laurentides, un investissement qui profite à tout le monde!

 

L’évènement qui a rassemblé autant les membres du ROCL que les partenaires régionaux a apporté un éclairage nouveau sur la réalité spécifique de ce milieu. Parmi la centaine de personnes qui ont assisté au lancement, notons la présence des députés, de représentants de l’Agence de la santé et des services sociaux et de la Conférence régionale des élus. « En plus des statistiques, nous voulions parler de l’identité du mouvement communautaire. C’est pourquoi le ROCL a fait appel à un artiste pour illustrer, en page couverture, la nature même du travail des organismes. Ceux-ci soutiennent, par toutes sortes d’activités, un cheminement individuel et collectif » introduit  Sophie Gilbert, agente de liaison et de développement.

 

L’analyse des données en provenance des demandes de subvention transmises à l’Agence permet de constater l’ampleur de la contribution des organismes au développement de la région mais aussi les nombreux défis auxquels ils sont confrontés. «La présence de ces 133 organismes communautaires est d’une grande valeur. En faisant cette étude, on voulait évaluer et chiffrer leur apport aux Laurentides, le faire connaître et reconnaître » fait ressortir Stéphanie Gaussirand, la présidente du ROCL, au moment de présenter les résultats recueillis.

 

« On a pris conscience d’éléments vraiment intéressants. Par exemple, que le nombre d’heures de bénévolat dans les organismes communautaires équivaut à 304 emplois à temps plein chaque année. C’est encore plus qu’on pensait» affirme pour sa part Linda Déry, coordonnatrice. Avec plus de 1000 travailleuses et travailleurs dans la région, le ROCL voit le milieu communautaire comme un véritable secteur d’emploi. «Et pourtant, les organismes peinent encore à joindre les deux bouts, faute d’un financement adéquat. L’étude fait ressortir que les salaires et les conditions de travail sont nettement sous la moyenne québécoise, malgré le fait que le taux de diplomation y soit plus élevé. C’est à n’y rien comprendre» s’insurge cette dernière. «Notre présence auprès des personnes plus vulnérables a des retombées humaines et économiques essentielles pour les Laurentides. »

 

En ce qui a trait aux sources de financement, le portrait dressé par le ROCL met en lumière que la  proportion du financement récurrent issu du programme de soutien aux organismes communautaires est de 56 % des revenus totaux. Par conséquent, les organismes doivent aller chercher ailleurs 44 % de leur budget total soit l’équivalent de 16,5 M$. «On le savait mais nos recherches nous le confirme : les organismes communautaires sont champions de l’autofinancement et des levées de fonds! Avec 16,5 M$ amassés de cette manière, on atteint un plafond. Nos troupes s’épuisent à chercher de l’argent dans un milieu saturé par des sollicitations de tout bord tout côté. Pour faire notre travail comme il se doit auprès des personnes, on a besoin d’un vrai financement, qui soutient nos missions et qui est reconduit annuellement. Il nous manque toujours 11 M$ dans la région. » conclut Linda Déry.

 

Pour les personnes intéressées à en apprendre davantage, l’étude est disponible en ligne au www.roclaurentides.com

 

- 30 -

 

 

 

Source :

Linda Déry, coordonnatrice

450-438-8005, email hidden; JavaScript is required

Vendredi, le 15 février 2013, 13h

La faible indexation appauvrira les organismes communautaires

logo_3Montréal, le 15 février 2013. Mardi dernier, les organismes communautaires recevant du financement du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) apprenaient que ce dernier avait fixé à 1,6% le niveau de l’indexation annuelle de leurs subventions. La variation de l’IPC au Québec était pourtant de 2,1% pour l’année 2012. Concrètement, cela signifiera qu’une subvention de 85 000$ par an atteindra 86 360$ – pas de quoi empêcher les organismes communautaires de s’appauvrir.

« Ces milliers groupes sont à bout de souffle ! Ils sont actuellement mobilisés dans le cadre de la campagne « Je tiens à ma communauté > Je soutiens le communautaire » pour obtenir un meilleur financement à la mission globale ainsi qu’un véritable programme national de financement. Dans ce contexte, le gouvernement a raté une belle occasion de faire un premier pas pour répondre aux besoins criants des groupes » de soulever Sébastien Rivard, co-porte-parole de la campagne, pour la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires.

Avoir deux poids, deux mesures

En plus de ne présenter aucune augmentation substantielle du financement des groupes, le MSSS continue d’utiliser l’indice des prix à la consommation (IPC) pour fixer le taux d’indexation à verser aux organismes communautaires. D’autres variables sont cependant prises en compte pour fixer les montants accordés aux établissements du réseau de la santé et des services sociaux; le gouvernement nomme ce calcul « coûts de système ». Les coûts de système incluent, entre autres, la hausse du coût de la vie, la nécessité de respecter des engagements contractuels et l’entretien du matériel existant. « Ces variables sont pourtant tout autant applicables aux organismes communautaires ! Recevoir une indexation en fonction de l’IPC, et non des coûts de système, ne permet tout simplement pas d’assumer l’ensemble des hausses, d’honorer ses engagements contractuels, ni de maintenir son pouvoir d’achat et celui de ses travailleuses et travailleurs » de dire Marie Leclerc, co-porte-parole de la campagne, pour la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles.

En plus de ne pas représenter une augmentation, l’indexation se fait actuellement sur des bases inéquitables et tous les organismes communautaires ne sont pas assurés de la recevoir. Soulignons ici que des agences de la Santé et des Services sociaux ne versent pas la totalité de l’indexation aux organismes communautaires qu’elles subventionnent.

Loin d’une démonstration claire

La ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse a indiqué qu’elle était prête à discuter des revendications de la campagne dans un souci d’assurer l’équité entre les organismes et entre les régions. Cependant, une indexation de 1,6%, comme seule réponse aux besoins de financement des 3000 organismes communautaires ne peut être qualifiée de « démonstration claire de l’importance qu’accorde le Ministère à l’action essentielle » des organismes communautaires, ce qu’affirme le communiqué gouvernemental.

Mercredi, le 13 février 2013, 17h

Étude des crédits en santé et services sociaux: des développements pour certains mais une indexation à la baisse pour tous!

L’étude des crédits du dernier budget a débuté lundi dernier à la Commission de la santé et des services sociaux. Le comité de coordination national  a suivi les travaux.baisse_pourcent

 

La ministre Véronique Hivon a été la cible de nombreuses questions des partis d’opposition portant sur le financement PSOC et le soutien aux organismes communautaires. Un signe indéniable que notre campagne fait un certain effet!

 

La ministre a annoncé le taux d’indexation pour le PSOC pour 2013-2014, qui sera finalement  de 1,6%. En commission, la ministre avait tout d’abord annoncé un taux de 2,5% mais il s’agissait d’une erreur. Le gouvernement a corrigé mardi soir cette annonce, par voie de communiqué[1].

 

Comment expliquer une telle décision du gouvernement alors que la variation de l’IPC au Québec a été de 2,1% pour 2012[2]?  Ce faible taux d’indexation provoquera à coup sûr un appauvrissement des 3000 organismes communautaires du Québec.

 

 

La ministre Hivon a d’autre part annoncé ou confirmé plusieurs montants destinés aux organismes communautaires en santé et services sociaux, dont quelques développements :

  • Développement de 10 millions $ par année de pour les organismes communautaires en soutien à domicile aux personnes âgées;
  • Développement de 1,1 million $ par année en suivi du Rapport du comité d’experts sur les homicides intrafamiliaux (surtout pour les ressources pour hommes en difficultés);
  • Reconduction de 5 millions $ par année pour les organismes communautaires en déficience intellectuelle, déficience physique et troubles envahissants du développement (budgets déjà annoncés l’an dernier en lien avec le Plan d’accès en DI-DP-TED);
  • Récurrence annoncée de 2 millions $ par année pour les organismes communautaires qui viennent en aide aux personnes démunies.

Ces développements sont une bonne nouvelle pour les organismes concernés. Cependant c’est nettement insuffisant pour répondre aux besoins de l’ensemble. La diversité des organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS) ainsi que les services et activités qu’ils offrent couvrent un spectre beaucoup plus vaste que 3 priorités ministérielles.

D’ailleurs, il est intéressant de souligner que la ministre a référé à la Politique gouvernementale sur l’action communautaire de 2001, disant que le PSOC devait répondre à la volonté de l’État de soutenir les organismes. Elle a mentionné que les organismes avaient raison de tenir à leur indépendance du réseau. Finalement, elle a souligné que c’était par le financement à la mission globale qu’il fallait les soutenir

Globalement, la ministre a réitéré son engagement pour trouver des solutions, parlant d’un comité de travail et elle a répété qu’il fallait assurer l’équité – en réglant les disparités entre les organismes et entre les régions.
Le comité de coordination de la campagne suivra de près les développements des positions gouvernementales.

Nous vous invitons à poursuivre la mobilisation, dont les pétitions dans les 125 circonscriptions et les actions régionales.



[1] http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Fevrier2013/12/c5099.html

[2] http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l02/cst01/econ09f-fra.htm

 

Samedi, le 9 février 2013, 14h

Conseil national du PQ: Les organismes communautaires en santé et services sociaux réclament un meilleur financement

p5rn7vb

IMG_4785Drummondville, 9 février 2013 – Plus de 1000 personnes ont livré un message retentissant devant le Conseil national du Parti québécois, dans le cadre de la campagne Je tiens à ma communauté > Je soutiens le communautaire. Elles sont venues des quatre coins du Québec, à l’invitation des Tables régionales d’organismes communautaires du Centre-du-Québec-Mauricie et de la Montérégie. Elles réclament des réponses à leurs revendications.

La délégation du comité national de la campagne y a pris la parole pour souligner la solidarité qui s’exprime par cet événement et par la campagne dans son ensemble. «Les 3000 organismes du domaine de la santé et des services sociaux sont essentiels pour leurs communautés. Il y a des mobilisations dans toutes les régions du Québec parce que les groupes sont sous-financés depuis trop longtemps. Ils ont besoin de 225 millions$ de plus par année pour remplir leur mission auprès de la population et d’un véritable programme national de financement qui traitera avec équité les groupes de toutes les régions et de tous les secteurs.», affirme Sébastien Rivard, et coporte-parole de la Coalition des tables régionales d’organismes communautaires.

«Lorsque nous l’avons rencontré, la ministre déléguée aux Services sociaux a manifesté de l’ouverture à travailler avec nous pour identifier des solutions et nous attendons sa proposition. Nous sommes ici parce que
nous voulons un signal politique clair et concret du gouvernement. Le parti québécois ne devrait pas avoir de difficulté à se rallier l’appui des partis d’opposition dans ce dossier qui touche toute la population du Québec», conclut Marie Leclerc, porte-parole de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires
et bénévoles.

Débutée à l’automne 2012, la campagne Je tiens à ma communauté > Je soutiens le communautaire est orchestrée par la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles et la
Coalition des tables régionales d’organismes communautaires. D’autres actions auront lieu dans les prochains mois.

← Older posts
CTROC • info@ctroc.org

Conception par Molotov communications

Image: "À la lèvre du jour", acrylique sur toile,
40 po par 20 po, 2009, Véronique Gemme